Traces d'Ancêtres
en
Bourbonnais
  retour à la page d'accueil

la Terre


Présentation de la terre travaillée
par mes ancêtres bourbonnais

 


agouère ... aigue ... aye ... billon ... bouchure ... bouère ... boulaise ... boulas ... boulée ... breu ... breure ... cabot ... chambon ... chambonnage ... charnée ... chaumat ... chirat ... crenon ... creux ... cros ... crot ... éboursillé ... écoin ... endret ... endroit ... étrouble ... ferrière ... font ... fosse ... fougière ... fretier ... ganne ... gazut ... glui ... goïse ... gouillat ... goutte ... grenouillat ... groues ... guériau ... hérondière ... jagne ... jas ... jaunière ... jonin ... longe ... mare ... moularde ... moutte ... mouzière ... ouche ... patouille ... pêche ... pelous ... peu ... rabière ... riau ... rio ... ris ... rouesse ... seu ... souille ... tchière ... tière ... trace ... verchier ... vernière ... vivier

. . . vers les maisons . . .

      La terre, si convoitée, si chère aux yeux de nos aïeuls, celle pour qui on tuerai pour se l'approprier.

. . . les chemins pour aller d'un bout à l'autre . . .

 


l'Agouère

     En Bourbonnais, l'agouère désigne un marécage.

     Il existe des lieux-dits appelés "la Belle Agouaire" et "les Bruyères de la Belle Agouaire", commune de Verneix.

     Il existe également des lieux-dits appelés "les Gouérons" ou "les Gouérands", sur la commune de Buxières-les-Mines et "les Gouérands", commune de Durdat-Larequille.

     Le terme "gouéron" est sans doute un diminutif de "gouère", obtenu à partir de "la gouère", déformation de "l'agouère". Quant à "gouérand", il s'est formé à partir de "agouère" et de "rand", signifiant "limite". Les marécages étaient souvent des limites naturelles infranchissables, faisant frontières.

. . . retour à la liste. . .

l'Aigue

     En Bourbonnais, l'aigue, mot issu du latin "aqua", désigne l'eau, sous toutes ses formes.

     Il existe un lieu-dit appelé "les Deux Aigues", sur la commune de Chirat-l'Église.

. . . retour à la liste. . .


l'Aye ou Bouchure ou Tchière ou Tière ou Trace

     Dans l'ouest et le sud-est du Bourbonnais, la bouchure, mot issu de l'ancien français "bousche", lui même issu du germanique "bosk", signifiant "bois", désigne une haie vive. Dans le sud, sont employés les termes tchière ou tière, mots issus du francique "têri", signifiant "position rangée" ; et aussi jusqu'en Berry, la trace, mot issu du latin "tractiare", signifiant "suivre à la trace". Le terme aye est également employé.

     Souvent composée d'ébaupin, d'épine noire et de salis parmi lesquelles s'enchevêtrent l'agoyer et l'éronde, la bouchure forme un mode de clôture des pâturages, typique du Bocage bourbonnais.

     Il existe sur la commune de Saint-Clément, un lieu-dit appelé "les Ayes" et sur celle de Courçais, un lieu appelé "les Tiers". Il s'agit sans doute de lieux bordés de haies.

. . . retour à la liste. . .

le Billon

     En Bourbonnais, le billon désigne une portion de terre destinée à une culture, une planche de labour.

     Souvenirs d'anciennes terres labourées, il existe des lieux-dits appelés "les Billons", sur les communes de Bessay-sur-Allier et Treban ; "le Vieux Billon", commune de Bagneux.

. . . retour à la liste. . .

la Bouère

     En Bourbonnais, la bouère désigne un trou d'eau, situé en bordure de la rivière, se remplissant lors des crues. Mot issu du latin "bibere", signifiant "boire", il indique un abreuvoir naturel pour faire boire les animaux.

     Il existe des lieux-dits "la Boire", commune d'Abrest, dans les méandres de la rivière Allier et commune de Saint-Sauvier ; "la Boire Bretet", commune de Paray-sous-Briailles ; "la Boire Hènon", commune de Marcenat ; "les Boires", communes d'Aubigny et Marcenat. Ces lieux désignaient des prés dans lesquels se trouvaient des abreuvoirs, pour les animaux.

     Le terme bouère désigne également une boisson.

. . . retour à la liste. . .

Boulaise

     En Bourbonnais, boulaise est un adjectif qualifiant une terre argileuse. Dans les champs, cette terre peu perméable, a pu regorger d'eau et devenir un boulas.

     Il existe des lieux-dits "les Boulaises", communes de Saint-Félix et Valigny ; "la Grande Boulaise" et "la Petite Boulaise", commune d'Escurolles et "les Boulaizes", commune de Saint-Didier-la-Forêt.

. . . retour à la liste. . .

le Boulas

     En Bourbonnais, le boulas désigne un bourbier ; mot peut-être dérivé de l'ancien français "bouille", désignant un bourbier, un marais, du latin "bau-uculam", lui même dérivé du gaulois "baua", désignant la boue.

     Il existe des lieux-dits appelés "le Boulas", commune de Magnet ; "les Boulas", communes du Pin et Saligny-sur-Roudon ; "les Boulats", communes de Saint-Pourçain-sur-Besbre, Thiel-sur-Acolin et Valigny ; "Bois Boulat", commune de Beaulon, "Bois des Boulats", commune de Monétay-sur-Loire et peut-être encore "Chez Boulat", commune de Saint-Christophe.

. . . retour à la liste. . .

la Boulée

     En Bourbonnais, la boulée, terme issu de l'ancien français "boul", lui même issu du latin populaire "betullus", désignant le bouleau et "bettius", signifiant "bois de bouleaux", désigne un bois de bouleaux.

     Il existe des lieux-dits appelés "le Boulay", commune de Rocles, "les Boulais", commune de Villefranche-d'Allier et peut-être à rapprocher, "Boulet", commune de Lurcy-Lévis ; "les Boulets", communes de Besson et Châtel-de-Neuvre.

. . . retour à la liste. . .

la Breure

     En Bourbonnais, le terme breure, mot issu du latin populaire "brucaria", dérivé du bas latin "brucus", lui-même dérivé du gaulois "bruko", qui à l'origine désignait la bruyère, désigne aussi les lieux incultes, vierges de toutes cultures, où poussent une multitude de plantes, comme l'ajonc, le genêt et la fougère et où seules les brebis paissent.

. . . retour à la liste. . .

     Il existe des lieux-dits "la Breure", communes de Cérilly, Louroux-Bourbonnais, Maillet et Saint-Caprais ; "la Breure Noire", commune de Franchesse ; "les Breures" ou "la Petite Breure", communes de Franchesse et Ygrande ; "les Breures", comune de Saint-Bonnais-de-Tronçais ; "les Breures Plates", commune d'Ygrande ; des dérivés comme "le Breurat", communes de Saint-Plaisir, le Vilhain et "le Breuron", commune d'Agonges.

     Les lieux-dits formés à partir de "breure", désignent presque indistinctement aussi bien la plante, que les lieux où elle pousse.

un Lieu recouvert de bruyère

le Breu

     En Bourbonnais, le breu, mot dérivé de "breuil", lui-même issu du bas-latin "brogilum", désigne un bois clos d'une haie.

     Il existe des lieux-dits appelés "le Breu", communes de Courçais et Saint-Aubin-le-Monial ; "le Gros Breu", commune de Saint-Gérand-le-Puy ; "Breux", commune de Chevagne, Lurcy-Lévis et Saint-Pourçain-sur-Sioule ; "le Breux", communes de Châtillon, Durdat-Larequille, Saint-Hilaire, Saint-Marcel-en-Murat et Saint-Priest-en-Murat ; encore "le Breux" et "le Petit Breux", commune de Louroux-Hodement ; "les Breux", commune de Lételon ; "Ruisseau du Breux", commune de Voussac ; "Étang du Breux", commune de Cérilly ; "le Bois de Breux", commune de Cindré.

     La forme "breuil" est beaucoup plus courante avec une commune appelée "le Breuil" et des lieux-dits "Breuil", communes de Lusigny et le-Mayet-de-Montagne ; "Bois de Breuil", communes de Monestier et Terjat ; "le Breuil", communes du Breuil, Chouvigny, Espinasse-Vozelle, Lignerolles, Saint-Sauvier, Terjat et le Theil ; encore "le Breuil" et "le Breuil d'en Haut", commune de Pierrefitte-sur-Loire ; "le Breuil" et "le Pavillon du Breuil", commune de Gennetines ; "le Breuil Chat" et "Château du Breuil", commune d'Agonges ; "le Petit Breuil" et "le Grand Breuil", commune de Marcenat ; "le Moulin du Breuil", commune du Breuil ; "Moulin du Breuil", commune d'Huriel et peut-être "la Breuille", commune de Ferrières-sur-Sichon".

. . . retour à la liste. . .

le Cabot

     En Bourbonnais, le cabot désigne un ravin.

     Il existe des lieux-dits appelés "le Cabot", sur les communes de Chamblet, Courçais, Doyet, Fleuriel, Meaulne, Saint-Angel, Saint-Hilaire et le Theil ; "les Cabots", sur celles de la Chapelaude, Courçais, Saint-Martinien, Venas et Verneix.

. . . retour à la liste. . .

le Chambon ou Chambonnage

     En Bourbonnais, les termes chambon et chambonnage, mots dérivés du gaulois "cambo", signifiant "courbe", désignent des prés alluvionnaires, situé dans les courbes des rivières.

     Plusieurs noms de lieux-dits sont formés à partir du mot "chambon". Certains de ces lieux ne pouvant bénéficier de l'apport d'alluvions, le mot semble alors désigner un champ fertile, au sens général.

     Il existe des lieux-dits appelés "le Chambon", communes de Bayet, la Chapelle, Cosne-d'Allier, Créchy, Saint-Rémy-en-Rollat, Vaumas et Villeneuve- sur-Allier ; "les Chambons", communes d'Avrilly, Chouvigny et Gannat ; "le Grand Chambon", commune de Chassenard ; "le Moulin Chambon", commune de Monteignet-sur-l'Andelot et "l'Ile du Chambon", commune de Saint-Rémy.

. . . retour à la liste. . .

la Charnée

     En Bourbonnais, la charnée, terme dérivé de "charne", mot issu du latin "carpinus", désignant le charme, est un bois de charmes.

     Il existe des lieux-dits "la Charnay" et "le Moulin de la Charnay", commune de Cressanges ; "le Charnay", communes de Lusigny, Thiel-sur-Acolin et Tréteau ; "la Croix Charnay", commune de Couleuvre ; "le Vieux Charnay" et "le Charnay Neuf", commune de Montbeugny ; "Ruisseau de Charnay", commune de Vaumas ; "la Charnée", commune du Veurdre ; "le Bois Charnet", commune de Barrais-Bussolles ; "les Charnets", communes de Bert et Lenax et "la Goutte Charnay", commune de Diou.

. . . retour à la liste. . .

le Chaumat ou Chomas

     En Bourbonnais, le chaumat ou chomas, mots issus du latin "calmiacum", dérivés du bas-latin "calmis", désignant un haut plateau dénudé et de "calma", désignant une terre inculte, une friche ou une lande, est un enclos situé le plus souvent à proximité de l'étable, dont il reçoit les écoulements.

     Le """ .... pré chomas ... """, est une parcelle de terre faisant partie du domaine de Lafont, sur la commune de Sazeret.

     Il existe des lieux-dits appelés "le Chaumat", commune de Château-sur-Allier ; "le Chaumas", commune de Villefranche-d'Allier ; "les Chaumas", communes de la Chapelaude, Courçais, Sazeret et "les Bruyères du Chaumas", commune de Aurouër.

. . . retour à la liste. . .

le Chirat

     En Bourbonnais, le chirat, désigne un tas de pierres.

     Il existe dans la province, une commune appelée "Chirat-l'Eglise" et un lieu-dit appelé "Chirat", sur la commune de Voussac.

. . . retour à la liste. . .

le Crenon

     En Bourbonnais, le crenon désigne un petit coin, terme pouvant s'appliquer à un petit terrain.

     Il existe un lieu-dit appelé "les Crenons", sur la commune de Montmarault.

. . . retour à la liste. . .

le Creux

     Dans le nord du Bourbonnais, le creux, mot issu du gaulois "krosu-", désigne une petite mare, un étang.

     Il existe des lieux-dits appelés "Creux Bidolet", "Creux des Ouilles" et "le Creux Jaulet", commune de Chassenard ; "Creux de la Cane", commune de Louroux-Hodement ; "Creux des Beurots" et "Creux du Loup", commune de Laprugne ; encore "Creux du Loup", commune de Châtel-Montagne ; "Creux du Jat" et "le Grand Creux", commune de la Guillermie ; "Creux Véry", commune de Bellerive-sur-Allier ; "Étang Pré Creux", commune de Paray-le-Frésil ; "le Creux", communes de Bourbon-l'Archambault, Couleuvre, Escurolles, Souvigny et Vieure ; encore "le Creux", "Pont du Creux" et "Ruisseau du Creux", commune de Vallon-en-Sully ; "le Creux Berger", commune de Saint-Loup ; "le Creux de l'Eau", commune de Trévol ; "le Creux de l'Heume", commune de la Chapelle-aux-Chasses ; "le Creux de la Terre", commune du Brethon ; "le Creux des Veaux", commune de Monétay-sur-Loire ; "le Creux du Loup", commune de Liernolles ; "le Creux Milan", commune de la Chapelaude ; "le Creux Morat", commune de Contigny ; "le Creux Morin", commune de Saint-Pourçain-sur-Sioule ; "le Creux Rouge", commune de Saint-Léon ; "les Creux", communes de Barberier, Broût-Vernet, la Celle, Cognat-Lyonne, Espinasse-Vozelle, Naves ; encore "les Creux" et "les Creux du Poteau", commune de Chamblet ; "les Creux Bidot", commune de Molinet ; "les Creux de Landier", commune de Néris-les-Bains ; "le Rez des Creux", commune de Creuzier-le-Vieux et des dérivés comme les communes de "Creuzier-le-Neuf" et "Creuzier-le-Vieux" et d'autres lieux-dits comme "Creuzet", commune de Souvigny ; "Creuzier" et "les Creuziers", commune de Voussac ; "le Creuzet", commune de Lurcy-Lévis ; "le Creuset ", commune d'Ygrande ; "les Creusiers", commune de Gannat.

     A partir du mot "creux", ont pu également se former des patronymes comme celui de Ducreuzet.

. . . retour à la liste. . .

le Cros ou Crot ou Fosse

     En Bourbonnais, le cros ou crot, mot d'origine celtique, désigne une dépression de terrain, rempli d'eau, une mare. Il servait de réservoir pour abreuver les animaux de la ferme et quelques fois était empoissonné.

. . . retour à la liste. . .

     La fosse est une mare creusée par l'homme. Elle peut également servir à laver le linge, lorsqu'elle est alimentée par une bonne font qui tient l'eau claire.

     Il existe des lieux-dits appelés "Cros", commune de Saint-Angel ; "le Cros", communes d'Arpheuilles-Saint-Priest, le Breuil, Diou, Domérat, la Guillermie et Saint-Fargeol ; "les Cros", commune du Pin ; "les Craux", commune de Chambérat ; "le Petit Cros", commune de Couleuvre ; "le Grand Cros", commune de Saint-Plaisir ; "le Cros Pinsard", commune de Gennetines et "le Cros Pouthier" au Mayet-de-Montagne.

un Cros, dans la région de Saint-Bonnet-de-Four (03)

     Certains toponymes, formés à partir de "cros", peuvent cependant être une déformation de "creux", le sens général indiquant néanmoins, une excavation remplie d'eau.


l'Éboursillé

     En Bourbonnais, l'éboursillé désigne un roncier, lieu impénétrable envahit par les érondes.
. . . retour à la liste. . .

l'Écoin

     En Bourbonnais, l'écoin désigne un terrain en angle.

     Il existe un lieu-dit appelé "les Écoins", commune de Broût-Vernet et peut-être à rapprocher de l'écoin, par contraction de l'article, "le Coin", communes de Lurcy-Lévis et Saligny-sur-Roudon ; encore "le Coin" et "le Petit Coin", commune de Saint-Nicolas-des-Biefs ; "le Coin de l'Orme", commune de Saint-Félix et "les Coins", commune de Poëzat.

. . . retour à la liste. . .

l'Endret ou Endroit

     En Bourbonnais, l'endret ou endroit désigne l'exploitation agricole, la maison du bounhoumme et ses terres à travailler.
. . . retour à la liste. . .

l'Étrouble

     En Bourbonnais, l'étrouble, mot issu de l'ancien français "estuble", lui-même issu du latin "stipula", désigne un champ en chaume, après la moisson, une éteule.
. . . retour à la liste. . .

la Ferrière

     En Bourbonnais, la ferrière, désigne une mine de fer.

     Il existe une commune du nom de "Ferrières-sur-Sichon", dans le Sud-est de la province et des lieux-dits appelés "Ferrière", sur les communes de Buxières-les-Mines et Lurcy-Lévis ; "Ferrières", commune de la Chapelle-aux-Chasses ; "la Ferrière", commune de Montaiguët-en-forez ; "les Ferrières", commune de Néris-les-Bains et "la Croix de Ferrière", commune de Buxières-les-Mines.

. . . retour à la liste. . .

la Font ou Goutte

     En Bourbonnais, la font, mot issu du latin "fons, fontis", désigne une source et par extension, une fontaine.

     La goutte, mot issu du latin "gutta", désigne également une source, puis un cours d'eau.

     Il existe dans la province, un grand nombre de lieux-dits, ayant pour origine une source, tarie ou toujours existante, appelés :

"Goutte au Bec" ou "la Goutte au Bé" et "la Goutte aux Joncs", commune de Saint-Prix ; "Goutte Béniroux", commune de Monétay-sur-Loire ; "Goutte Brune" ou "Gouttebrune" et "Goutte Marais", commune de Saint-Priest-en-Murat ; "la Grande Goutte", "les Gouttettes" et "les Malgouttes", commune de Saint-Clément ; "Goutte Chave", "les Gouttes" et "les Gouttelles", commune de Saint-Sauvier ; "Goutte de Bord" ou "la Goutte du Bord", commune de Malicorne ; "la Goutte", "la Goutte Chassain" et "Terre des Gouttes", commune de Laprugne ; "la Goutte d'Enfer", "la Goutte du Four" et "Goutte Noire", commune de la Chabanne ; "Goutte Morte" ou "la Goutte Morte", commune de Bézenet ; "Goutte-Choux", "Gouttebois", "les Gouttes", "les Gouttes Fournier" et "Goutte Prueau", commune de Loddes ; "Goutte Renardière" et "la Goutte Bornat", commune de Saint-Léger-sur-Vouzance ; "Goutte Ruet", "la Goutte" et "la Goutte Chenot", commune de Lenax ; "Gouttelange" ou "la Gouttelange", commune de Saint-Pierre-Laval ; "Gouttelebas", commune de Marcillat-en-Combraille ; "la Goutte", communes de Bessay-sur-Allier, Braize, Droiturier, Garnat-sur-Engièvre, Saint-Bonnet-Tronçais, Saint-Désiré, Saint-Pourçain-sur-Sioule, Saint-Rémy-en-Rollat, le Theil ; encore "la Goutte" et "Taillis des Gouttes", commune de Besson ; "la Goutte à Beuvray", commune de Beaulon ; "la Goutte au Clos" et "la Goutte", commune de Verneix ; "la Goutte au Loup", commune de Deux-Chaises ; "la Goutte Bidon", commune de Viplaix ; "la Goutte Bruyère", "la Goutte", "la Goutte Naïère" et "Terre des Gouttes", commune d'Arfeuilles ; "la Goutte Crésible", "les Gouttes Bouquet" et "les Gouttes Guyot", commune de Barrais-Bussolles ; "la Goutte d'Enfer" et "la Goutte", commune de Nizerolles ; "la Goutte des Bois", commune du Pin ; "la Goutte du Lac", commune de Néris-les-Bains ; "la Goutte du Mas", commune de Châtelus ; "la Goutte du Retz" et "les Gouttes", commune de Varennes-sur-Allier ; "la Goutte Espion" et "la Goutte Saint-Hoan", commune de Saint-Nicolas-des-Biefs ; "la Goutte Granval" et "les Gouttes", commune de Busset ; "la Goutte Jardin" et "la Goutte de l'Oiseau", commune de Saint-Voir ; "la Goutte Large", commune de Monétay-sur-Allier ; "la Goutte Loiseau", commune de Treteau ; "la Goutte Longue" et "les Gouttes", commune de Châtillon ; "la Goutte Loyard", commune de Mesples ; "la Goutte Martin", commune du Breuil ; "la Goutte Matra" et "les Gouttes Pommier", commune de Saligny-sur-Roudon ; "la Goutte Morte", commune de Châtelperron ; "la Goutte Myot", commune de Luneau ; "la Goutte Naizin", commune de Pierrefite-sur-Loire ; "la Goutte Noire", commune de Vallon-en-Sully ; "la Goutte Recreu" et "la Goutte Charnay", commune de Diou ; "la Goutte Rimbaud" et "les Gouttelles", commune de Saint-Martinien ; "la Goutte Simon", commune d'Andelaroche ; "la Petite Goutte" et "la Goutte du Roc", commune de Blomard ; encore "la Petite Goutte", commune de Chavenon ; "Lagoutte", commune d'Isle-et-Bardais ; "les Gouttes", communes de Bourbon-l'Archambault, Chambérat, Châtel-Montagne, Espinasse-Vozelle, Lamaids, Quinssaines, Saint-Aubin-le-Monial, Sorbier, Teillet-Argenty, Terjat, le Theil, Thiel-sur-Acolin, Thionne, Tronget, le Veurdre, Voussac ; "les Gouttes Bouillot" et "les Gouttes", commune de Bert ; "les Gouttes Chavées" et "les Goutelles" ou "Goutelle", commune de Doyet ; "les Gouttes du Puits" et "les Gouthéreaux" ou "les Gouttereaux", commune de Liernolles ; "les Gouttes du Ventaux", commune de Saint-Pont ; "la Goutte du Lac" et "les Gouttes Larges", commune du Donjon ; encore "les Gouttes Larges", commune de Trévol ; "les Gouttes Miseries" et "les Gouttes", commune de Dompierre-sur-Besbre ; "les Gouttes Noires" ou "la Goutte Noire", commune de Buxières-les-Mines ; encore "les Gouttes Noires", commune de Saint-Étienne-de-Vicq ; "les Grandes Gouttes", communes de Lapalisse, Lavoine et Neuilly-le-Réal ; "les Petites Gouttes" et "les Goutelles", commune de Quinssaines ; "Bois de la Goutte", communes de Bessay-sur-Allier et Mercy ; "Bois des Gouttes" et "la Goutte du Plaix", commune de Vendat ; "Étang de la Goutte" et "la Goutte", commune de Saint-Sornin ; "Étangs des Gouttes", "la Goutte Guérin" et "les Gouttes", commune d'Avrilly ; "la Goutelle" ou "Goutelle", commune de Villebret ; encore "Goutelle", commune de Montcombroux-les-Mines ; "la Gouterie", communes d'Arpheuilles-Saint-Priest et Pierrefitte-sur-Loire ; "les Gouts" et "Etang des Gouts", commune du Brethon ; et encore "le Gout", commune de Deneuille-les-Mines ;

     Ainsi que des sources ou des fontaines "Fontaine de la Goutte d'Argent", commune de Cérilly ; "Goutte Breda", commune du Mayet-de-Montagne ; "Goutte Cézenne" et "Goutte Larron", commune de la Guillermie ; "Goutte Champ Loué", commune de Bressolles ; "Goutte Charbonnier", commune de Saint-Clément ; "Goutte de l'Étang de Saloup", commune de Vitray ; "Goutte de la Fontaine", commune de Bellerive-sur-Allier ; "Goutte de la Forêt", commune d'Espinasse-Vozelle ; "Goutte du Bois Pateau", "Goutte de la Monsière" et "Goutte des Silloux", commune de Brugheas ; "Goutte du Bois Drigeard", commune de Châtel-Montagne ; "Goutte Fayet", "Goutte Georges", "Goutte Guyot", "Goutte Pouzerattes", "Goutte Ribon", "Goutte Routard" et "la Goutte Pourrie", commune de Laprugne ; "Goutte Lallias", "Goutte Mouche à Bœuf", commune de la Chabanne ; "la Goutte du Cerf", commune de Gouise ; "la Goutte du Rey", commune de Montoldre ; "la Goutte Jeanton", commune de Charmeil ; "la Goutte Noire", commune de Saint-Clément ; "la Grande Goutte", commune de Saint-Nicolas-des-Biefs ; "Rio de la Goutte", commune de Diou ; "Ruisseau de Goutte Brune", commune de Villefranche-d'Allier ; "Ruisseau de Gouttelange", commune de Saint-Pierre-Laval ; "Ruisseau de la Goutte", commune de Montvicq ; "Ruisseau de la Goutte d'Argent", commune d'Isle-et-Bardais ; "Ruisseau de la Goutte Noire", commune de Besson ; "Ruisseau des Gouttes", communes de Hauterive et Rocles ; "Ruisseau des Gouttes Barres", commune de Bert et "Ruisseau des Gouttes Martin", commune du Donjon.

     Le """ .... champ de la goute pravé .... """, est une parcelle de terre faisant partie du domaine de Lafont, sur la commune de Sazeret.

     Il existe aussi une multitude de lieux-dits formés à partir de "font" :

"Fond de la Garde", commune de Droiturier ; "Fonds Bourreau" et "les Trois Fonds", commune de Mesples ; "Fonds de Verne", commune d'Isle-et-Bardais ; "le Fond Génevert", commune de Courçais ; "les Fonds", commune d'Archignat et Saint-Sauvier ; "les Fonds de Ratet" et "les Fontenilles", commune de Lapalisse ; "les Fonds Morts" et peut-être "Fontabrioux", commune de Saint-Pourçain-sur-Sioule ; "Font Aubin", commune de Lurcy-Lévis ; "Font Blanche" et "Font de l'Âne" , commune de Saint-Nicolas-des-Biefs ; "Font Bouillant" ou "Fontbouillant", commune de Montluçon ; "Font Chaumont", commune du Montet ; "Font Claude", "la Font Chaude", "la Font de Saint-Maur"et "la Font Laudet", commune de Domérat ; "Font de l'Auge" et peut-être "le Fontinoux" , commune de Meillers ; "Font Putte", commune de Taxat-Senat ; "Font Saint-Huile", commune de Bézenet ; "Font Tramaille", "Font Visiant" et "la Font des Larrons", commune d'Espinasse-Vozelle ; "Font Valeine" et "la Font Peillaud" et peut-être "Fontariol", commune du Theil ; "Font Vignolle", "la Font Chopin", "les Fonts Chaudes" et "les Neuf Fonds", commune de la Guillermie ; "la Font du Verne" et "la Font Villesous", commune du Brethon ; "la Font Giraud" et "la Font Nalia", commune de Ferrières-sur-Sichon ; "le Font Teret", commune de Terjat ; "le Petit Font", commune de Châtillon ; "Font Lion", commune de Chappes ; "Font Pourri", "la Font du Loup", "la Font du Rocher" et "la Font Sarazin", commune de Cérilly ; "les Neufonds", commune de Bessay-sur-Allier ; "Font Violent" et "la Grand-Font", commune de Saint-Germain-de-Salles ; "Font-Jean", commune de Valigny ; "Font-Noble", "la Font Parrot" et "le Champ de la Font", commune de Biozat ; "la Font", communes de Bessay-sur-Allier, Cusset, Franchesse, Gipcy, Langy, Saint-Christophe, Saint-Marcel-en-Marcillat et Theneuille ; "la Font Ablin", commune d'Ainay-le-Château ; "la Font Bagnolet", commune de Cressanges ; "la Font Barre", commune de Villeneuve-sur-Allier ; "la Font Bezin", "la Font Pinet" et "la Font Vieille", commune de Franchesse ; "la Font Blanche", communes de Chézy et Lavoine ; "la Font Carré", commune de Lavoine ; "la Font César", commune de Serbannes ; "la Font Charlot" et peut-être "le Fondas", commune de Gennetines ; "la Font Chevalier" et "la Font Fréquent", commune de Besson ; "la Font Coupé" et "la Font Friole", commune de Cognat-Lyonne ; "la Font Court", commune de Saint-Sauvier ; "la Font Courzet" et peut-être "Fonsegoulet", commune de Treignat ; "la Font de la Varenne", commune de Saint-Rémy-en-Rollat ; "la Font de Riant", commune de la Chapelaude ; "la Font des Chiez" et "Fontleau", commune de Chambérat ; "la Font des Crues" et "la Vieille Font", commune de Saint-Léon ; "la Font des Langes", commune de Couzon ; "la Font des Pots", commune de Deneuille-lès-Chantelle ; "la Font du Cassiot", commune d'Abrest ; "la Font du Coure" et peut-être "les Fontdrots", commune de la Celle ; "la Font du Port", commune de Charmeil ; "la Font du Thé" et "Château de Lafont", commune de Broût-Vernet ; "la Font Georges" et peut-être "les Fontandraux", commune d'Yzeure ; "la Font Girard", commune de Magnet ; "la Font Guyon", commune de Rongères ; "la Font Juillet", commune de Sanssat ; "la Font Macon", commune de Couleuvre ; "la Font Martin", commune de Châtel-Montagne ; "Fond du Lac", "la Font Pezée" et "la Font Roseau", commune de Buxières-les-Mines ; "la Font Picard", commune d'Ygrande ; "la Font Pirée", commune de Saint-Yorre ; "la Font Rabaud", commune de Doyet ; "la Font Rémi" et "Fontbenant", commune de Saligny-sur-Roudon ; "la Font Rosière", commune de Quinssaines ; "la Font Saillat", commune de Sainte-Thérence ; "la Font Saint-Georges", commune de Bellerive-sur-Allier ; "la Font Saint-Pierre", commune de Loddes ; "la Font Salée", commune de Blomard ; "la Font Vidèle", commune de Barrais-Bussolles ; "la Font Sarazin", "la Font Vielle" et "Bramefont", commune de Saint-Martinien ; "Champ de la Font", commune de Charmes ; "Château de Font Bouillant", commune de Prémilhat ; "la Font Vignaud", commune de Brugheas ; "la Font Viverot", commune de Cesset, autrefois Breuilly ; "Fontbonne"et "Fonty", commune d'Hyds ; "Lafond", communes de Boucé, Saint-Léopardin-d'Augy et Sazeret ; "la Fondrocheuse", commune de Sazeret ; "Lafont", communes d'Agonges, Montaiguët-en-Forez et Saint-Léon ; "les Laffonts", commune de Cindré ; "les Lafonts", commune de Luneau ; "Bonnefond", communes d'Arfeuilles, Aurouër et Buxières-les-Mines ; "Bonnefont", communes d'Archignat, Loddes, Saint-Clément, Saint-Désiré et Lavoine ; "Fontcouverte", commune de Thionne ; "Fontcroze", commune de Billy ; "Fontgarnant", commune de Montcombroux-les-Mines ; "Fontherbin", commune de Langy ; "Fontiaud", commune d'Agonges ; "Fontignoux", commune de Gipcy ; "Fontordre", commune de Monteignet-sur-l'Andelot ; "Fontpaud", commune de Gannat ; "Fontqueudre", commune de Vieure ; "Fontsalive", commune de Hauterive ; "Fonturier", commune de Durdat-Larequille ; "Fontverne", commune de Chevagnes ; "Fontviolle", "la Fontborne" et "les Fontenays", commune de Bellenaves ; "la Fontchambert", commune de Naves ; "la Fontenelle", commune de Souvigny ; "les Fontenelles", communes de Chazemais et Treban ; "le Fontbonnat" et "les Champs de la Font", commune de Saint-Angel ; "les Foncelles", commune de Vernusse ; "les Foncelots", commune de Châtel-de-Neuvre ; "le Champ de la Fond", commune du Vernet ; "les Champs de la Font", commune de Lételon ; "Fredfond", commune de Mazirat ; "Froidefond", commune de Deux-Chaises ; "Grand-Font", commune de Vallon-en-Sully ; "Sept Fonts", commune de Diou ; "Vieillefond", commune de Laféline ; "les Bonnefonds" et "la Fond Saucière", commune de Paray-sous-Briailles ; "Sept Fonds", "Bois de Sept Fonds", "les Loges de Sept Fonds", "Fonfuble" et "Fontreine", commune de Molinet ; et peut-être "Fondeau", commune d'Huriel ; "Fondeliant", commune de Château-sur-Allier ; "le Fonderion", commune de Treban ; "le Fongeat", commune de Tronget ; "les Fondards", commune de Theneuille ; "les Fondereaux", commune de Lamaids ; "les Fondets", commune de Saint-Didier-la-Forêt ; "les Fondraults", commune de Chézy ; "les Fondus", commune de Bressolles ; "Fontarabier", commune du Brethon ; "Fonglaterie", commune de Saint-Menoux ; "les Fontibiers", commune de Cressanges et Souvigny ;

     Des sources appelées "Font Brun", commune d'Audes ; "Font Rouilleuse", commune de Treignat ; "Font du Rat Captée", commune de Ferrières-sur-Sichon et "Font des Porchers", commune du Brethon ;

     Des ruisseaux comme "Ruisseau de la Font Cabotte", commune d'Isle-et-Bardais ; "Ruisseau de la Font de l'Auge", commune de Meillers ; "Ruisseau de la Font des Pierres", commune de Saint-Plaisir ; "Ruisseau de la Font Pinet", commune de Franchesse ; "Ruisseau des Fonds", commune de Bourbon-l'Archambault ; "Ruisseau des Fonds de Fer", commune d'Abrest et "Ruisseau des Fonts", commune de Bert.

     Et aussi une croix appelée "la Croix Bonnefond", commune de Braize.

. . . retour à la liste. . .

la Fougière

     En Bourbonnais, la fougière, mot issu du latin "filicaria", signifiant fougère, qui envahit les sols pauvres, désigne une lande de fougères.

     Il existe des lieux-dits appelés "Fougières", commune de Saint-Caprais et autrefois commune de Châtel-de-Neuvre et aussi "les Fougats", commune de Saint-Aubin-le-Monial ; "Fougeat", communes de la Chapelle et Saint-Pierre ; "les Fougeaux", commune de Besson ; "la Fougeraie", commune d'Isserpent ; "Fougerat", commune de Billy ; "les Fougeraux " ou "Fougeroux", commune de Chassenard ; "la Fougereau" ou "la Fougerau", commune de Verneix ; "les Fougereaux", commune de Ferrières-sur-Sichon ; "Fougère", commune de Saint-Martinien ; "Champ Fougère", commune de Franchesse ; "Fougères", communes de Marcillat-en-Combraille et Saint-Genest ; "les Fougères", communes de Bayet, Buxières-les-Mines, Châtel-de-Neuvre, Diou, Lalizolle, Pouzy-Mésangy et Saint-Sornin ; encore "les Fougères" et "les Eaux des Fougères", commune de Montcombroux-les-Mines ; "les Fougerets", commune de Limoise ; "les Fougeriaux", commune de Saint-Martin-des-Lais ; "les Fougeries", commune d'Andelaroche ; "Fougerolles", commune de Bessay-sur-Allier ; "les Fougerolles", commune de la Chabanne ; "les Fougis" et "Bois des Fougis", commune de Thionne ; "les Fougis", "Château des Fougis" et "les Bruyères Fougis", commune de Lusigny et "Fugerin", commune de Langy.

. . . retour au texte . . .

le Fretier

     En Bourbonnais, le fretier désigne un buisson, composé d'arbustes sauvages.

     Il existe des lieux-dits appelés "le Fretier", commune de Montbeugny ; "Fretière" ou "la Fretière", commune de Saint-Plaisir ; "la Fretière", commune de Pouzy-Mésangy ; "Frétille" ou "la Fertille", commune de Gannay-sur-Loire ; "la Frétille", commune de Terjat ; "la Fertille", commune de Theneuille.

. . . retour à la liste. . .

la Ganne

     En Bourbonnais, la ganne désigne un marais.

     Il existe des lieux-dits appelés "la Ganne", sur les communes de Charroux, Prémilhat, Sazeret et Taxat-Senat ; encore "la Ganne", "Étang de la Ganne" et peut-être "Gannebatrau", commune de Durdat-Larequille ; "la Ganne" et "les Gannes", commune de Quinssaines, en des lieux non habités ; "les Gannes", communes de Bellenaves, Ébreuil et Lafélines ; "la Gâne", communes d'Huriel et Saint-Angel ; "les Gânes", communes de Treignat et Villebret ; "les Gânettes", commune de Saint-Martinien ; "la Ganivelle", commune de Franchesse ; "Ris de la Ganne", commune du Theil ; "Ruisseau des Gânes", commune de la Celle et peut-être encore "le Moulin Ganot", commune d'Huriel ou "la Ganaude", commune de Domérat.

     Les toponymes comme ceux des communes de "Gannat", "Gannay-sur-Loire" et du lieu-dit "le Grand Gannay", sur cette dernière, semblent dérivés du latin "vadum", lui-même dérivé du germanique "wad", signifiant "gué". Ils peuvent néanmoins être rapprochés de "ganne" et ainsi désigner des lieux de passage à gué, dans les marécages.

. . . retour à la liste. . .

le Gazut

     En Bourbonnais, le terme gazut, mot peut-être dérivé de l'ancien français "gaste", signifiant "terre inculte", désigne un endroit dévasté ou une terre pauvre.

     Il peut également désigner un paquet de vêtement.

     Il existe un lieu-dit appelé "le Moulin Gazut ", sur la commune de Marcillat-en-Combraille, qui porte peut-être le nom d'un ancien propriétaire et des dérivés comme "Gazignat", communes de Saint-Gérand-le-Puy et Châtelus ; "Gazillat", commune de Châtelus ; "Gazillan" ou "Gazillon", commune d'Isserpent

     A moins qu'il ne s'agissent de dérivés de "gazel" ou de "gazeau", peut-être encore "les Gazons", commune de Neuilly-le-Réal ; "les Gazots", commune de Saint-Loup ; "la Gazée", commune de Viplaix ; "Gazière", commune d'Ygrande ; "les Gazeriers", commune de Sussat et en contradiction avec le sens premier, "Beaugazon", commune de Saint-Ennemond et "Bois de Beaugazet", commune de Trévol.

     Il existe également un patronyme porté sous les formes Gazu, Gazut, Gazud, Gazuy, Gazuis, Gazuit, etc...

. . . retour à la liste. . .

le Glui

     Le terme glui désigne un lieu avec de la paille.

     Il désigne également la chaume ou la paille de seigle. Après gluiage, les gluis étaient destinés aux couvertures en chaume des maisons.

     Il existe un lieu-dit appelé "les Gluis", sur la commune de Cusset.

. . . retour à la liste. . .

la Goïse

     En Bourbonnais, la goïse, mot issu de l'ancien français "devise", désigne la limite.

     Il existe dans la province, une commune portant le nom de "Gouise", dans laquelle se trouve le "Bois de Gouise".

. . . retour à la liste. . .

le Gouillat

     En Bourbonnais, le gouillat, mot d'origine germanique, issu du francique "gulja", désigne un petite mare ou une flaque, souvent bourbeuse.

     Il existe des lieux-dits appelés encore "le Gouillat", commune de Jaligny et Veauce ; encore "le Gouillat" et probablement par la contraction de "ris" et de "gouillat", "Rigouillat", commune de Voussac ; "le Grand Gouillat", commune de Saint-Didier-la-Forêt ; "le Gouyat" ou "le Gouillat" ou encore "le Goujat", commune de Laféline ; "le Gouyat" ou "le Gouillat", commune du Brethon et "le Gougeat" ou "le Goujat", commune de Chouvigny.

     Le terme "gouyas" désigne également un outil tranchant.

. . . retour à la liste. . .

le Grenouillat

     En Bourbonnais, le grenouillat désigne une mare à grenouille.

     Il existe des lieux-dits appelés "le Grenouillat", sur les communes de Montaigu-le-Blin, Néris-les-Bains, Quinssaines, Saint-Martinien, Valigny et "les Grenouillats", sur celles de Bizeneuille et Louroux-Hodement.

. . . retour à la liste. . .

les Groues

     En Bourbonnais, les groues désignent des terres pauvres, argileuses et caillouteuses.

     Il existe des lieux-dits appelés "les Grouettes", communes du Theil, Thiel-sur-Acolin et Ygrande ; "le Groitier", commune d'Aubigny et "les Groitiers", commune d'Avermes, qui peuvent être des termes dérivés de "groues". Ces toponymes peuvent aussi se rapprocher de "grouette" et "grouettier".

. . . retour à la liste. . .

le Guériau

     En Bourbonnais, le guériau, mot issu du latin "vervactum", désigne une terre non ensemencée, labourée pour recevoir les semailles d'automne, le guéret. Il a pu également désigner une terre laissée en jachère.

     A défaut de lieu appelé "guériau", il existe des lieux-dits appelés "le Guéret", commune de Meillard ; "les Grands Guérets", commune de Saint-Priest-en-Murat et "les Guérets", communes de Beaune-d'Allier et Varennes-sur-Tèche.

. . . retour à la liste. . .

la Hérondière

     En Bourbonnais, la hérondière désigne un lieu peuplé de hérons.

     Il existe des lieux-dits "les Hérondières", sur les communes de Coulandon et Saint-Priest-en-Murat.

. . . retour à la liste. . .

la Jagne ou Jaunière ou Jonin

     En Bourbonnais, les termes jagne, jaunière ou jonin, désignent un lieu humide, où poussent les joncs, la jonchaie.

     Il existe des lieux-dits "les Jaunards", commune de Cognat-Lyonne ; "la Jaunerie" et "Jaunoux", commune de Chavenon ; "le Jaunet", commune de Serbannes ; encore "le Jaunet" ou "Jaunais", commune de Laféline ; "les Jaunières", commune de Louroux-Bourbonnais ; "les Jaunins", communes de Monétay-sur-Allier et Souvigny ; "les Jomiers" ou "les Jauniers", commune de Chazemais ; "Jonard", "Jonin" et "Jonière", commune d'Arfeuilles ; encore "Jonin", commune de Saint-Étienne-de-Vicq ; "les Joneras", commune d'Hyds ; "les Jonets", commune de Trézelles ; "Jonin" et "Jauninin", commune de Saint-Christophe ; "les Jonins", commune de Saint-Voir ; "Jonon", commune du Mayet-de-Montagne ; et peut-être "Étang Jauny" et "Ruisseau de l'Étang Jauny", commune de Saint-Désiré.

     Dérivés de jagne, il existe des lieux-dits appelés "Jailles" et "Croix de Jailles", commune d'Huriel ; "les Jaillettes", commune de Saint-Désiré ; "Jalière" ou "Jallière", commune de Autry-Issard ; "Jalletière", commune de Saint-Prix et peut-être aussi "les Jaillots", commune de Monétay-sur-Loire ; "les Petits Jaillots" et "les Grands Jaillots", commune de Chevagnes et "Jaillan", commune du Breuil.

     Le terme jagne a également donner le patronyme Jaillet et ses dérivés, comme notamment Jaillerat.

. . . retour à la liste. . .

le Jas ou le Moutte

     En Bourbonnais, les termes jas, mot issu du franco-provençal, signifiant "pâturage" et moutte, désignent une prairie naturelle, un pré.

     Il existe des lieux-dits appelés "le Jat" et "Plan du Jat", commune de Lavoine ; "Creux du Jat", commune de la Guillermie ; "Tartigeat", commune de la Chapelle ; "Chez Moutte", commune du Breuil ; "Étang de la Moutte", commune de Vernusse ; "les Mottes", commune de Paray-sous-Briailles et peut-être "la Brande des Mottes", commune de Chambérat et "la Croix des Mottes", commune de Buxières-les-Mines.

     Les toponymes comme "la Motte" ou "la Mothe", auraient quant à eux pour origine, le bas-latin "motta", mot probablement issu du pré-latin "mutta", signifiant "tertre" et désigneraient des buttes naturelles ou artificielles, servant de base à la construction des châteaux-forts, entre le X ème et le XIII ème siècle.

. . . retour à la liste. . .

la Longe

     En Bourbonnais, la longe, mot issu de l'ancien français, signifiant "longue", désigne une bande de terre.

     Il existe des lieux-dits appelés "la Longe", communes de Biozat, Louroux-Bourbonnais et Saint-Etienne-de-Vicq ; "la Longe du Bois", commune de Venas ; "les Longes", communes d'Arfeuilles, Bresnay, la Ferté-Hauterive et "Longepré", commune de Neuilly-le-Réal.

     Ces bandes de terre peuvent s'exprimer de d'autres façons comme "Champ Long", "le Pré Long", "les Aires Longues", "les Pièces Longues", etc...

. . . retour à la liste. . .

la Mouzière

     En Bourbonnais, la mouzière désigne un lieu très humide, un terrain mou dans un pré ou dans une terre labourée, un marécage.

     Il existe des lieux-dits appelés "la Mouzière", communes d'Avermes et Bellerive-sur-Allier ; encore "la Mouzière" et "Forêt des Mouzières", commune de Montoldre ; "Villemouze" et "la Tour de Villemouze", commune de Paray-sous-Briailles ; "les Mosières" ou "les Mozières", commune de Cesset ; encore "les Mosières", commune de Breuilly ; "Bois des Mosières", commune de Fleuriel et peut-être encore "le Mouzy", commune de Saint-Nicolas-des-Biefs.

     Ces terres très humides peuvent aussi s'appeler très simplement "les Prés Mous", comme sur la commune de Verneix.

. . . retour à la liste. . .

le Mare

     En Bourbonnais, le mare désigne le limon, la vase.

     Il existe des lieux-dits appelés "Marre", "le Grand Marre", "le Vieux Marre" et "Marre Neuf", commune de Boucé ; "Mareplaine", commune de Cindré ; "l'Etang des Mares", commune de Souvigny ; "le Bois de Mare", commune de Saint-Gérand-le-Puy.

. . . retour à la liste. . .

l'Ouche

     En Bourbonnais, l'ouche, mot issu de l'ancien français "osche", issu du bas-latin "osca", ayant pour sens "jardin clos de haies, enclos", lui-même issu du gaulois "olca", signifiant "terre labourable et fertile", désigne un verger, souvent voisin de l'habitation.

     Le terme ouche a pu également désigner un champ fertile.

     Il existe des lieux-dits appelés "l'Ouche", communes d'Autruy-Issards, Bessay-sur-Allier, Bézenet, Bresnay, Bressoles, Escurolles, Franchesse, Montilly, Murat, Souvigny, Teillet-Argenty et le Theil ; "l'Ouche du Bois", commune de Quinssaines ; "l'Ouche Bouchard", commune de Contigny ; "l'Ouche Colas", commune de Meillard ; "l'Ouche Courbée", commune du Pin ; "l'Ouche Minot", commune de Rongères ; "l'Ouche Présidente", commune de Langy ; "l'Ouche-Tirat", commune de Bessay-sur-Allier ; "Ouches", autrefois ancienne paroisse, "les Vieilles Ouches" et "l'Ouche du Sault", commune de Prémilhat ; "les Ouches", communes de Blomard, Cosne-d'Allier, Laféline, Quinssaines, Sazeret, Treban ; "les Ouches de Peiges", commune d'Archignat ; "les Grandes Ouches", commune de Trévol ; encore "les Grandes Ouches" et "les Petites Ouches", commune de Valignat ; "l'Ouchette", commune de Beaulon ; "les Ouchères ", commune de Roches ; "les Osches Rondes", commune de Franchesse.

     Par agglutination de l'article au nom, d'autres lieux comme "Loche" ou "Losche", commune de Creuzier-le-Neuf ; encore "Loche", commune de Saint-Clément ; "la Lochette", commune de Jaligny-sur-Besbre et "le Bois de Louche", commune d'Arronnes.

. . . retour à la liste. . .

la Patouille ou Moularde ou Tarte

     En Bourbonnais, la patouille, mot issu de l'ancien français "patoil", désigne de la boue.

     Les termes moularde et tarte sont également employés, pour désigner ces lieux boueux.

     Dans la province, les ornières boueuses des vieux chemins, sont appelés """ .... tartes bourbonnaises .... """.

     Il existe des lieux-dits appelés "la Patouille", commune de Thiel-sur-Acolin ; "le Patouiller" ou "Patouillet", commune de Saint-Sauvier et "le Patouillard", commune de Buxières-les-Mines ; "les Patoux" ou "Patoux", communes de Beaulon et Dompierre-sur-Besbre ; "la Pétouille", commune de Périgny ; "les Moulards", communes de Charmes et Saint-Bonnet-de-Rochefort ; "les Tartasses", communes de la Chapelaude et Domérat et "Ruisseau des Tartasses", commune de Vaux.

. . . retour à la liste. . .

la Pêche

     En Bourbonnais, la pêche désigne une mare empoissonnée. Très souvent, ces mares bénéficiaient de droits de pêche.

     Le """ .... pré de la pêche .... """, est une parcelle de terre faisant partie du domaine de Lafont, sur la commune de Sazeret.

     Il existe des lieux-dits "la Pêche", commune de Colombier ; "la Pêche Odin", commune de Bagneux ; "la Pêche Cafeton", commune de Tronget ; "les Pêches", commune de Chamblet ; "les Pêches Robin", commune de Sazeret ou des dérivés comme "la Pêcherie", communes de Courçais, Franchesse et Saint-Germain-des-Fossés ; "les Pêcheries", commune de Lamaids ; "Pré de la Pêcherie", commune de Montcombroux-les-Mines ; "les Pêchereaux", commune de Garnat-sur-Engièvre ; "Péchin", commune de Néris-les-Bains ; "les Péchins", communes de Gennetines et Souvigny ; "les Péchoirs" ou "les Péchoires", commune d'Autry-Issards.

. . . retour à la liste. . .

la Pelous

     En Bourbonnais, la pelous, mot issu du latin "pilosus", signifiant "herbeux", désigne un lieu herbeux, un pâturage.

     L'herbe quant à elle, est appelée l'harbe et les débris d'herbe, fenasse.

     Il existe des lieux-dits appelés "la Pelouse", communes de Saint-Pourçain-sur-Sioule et Thiel-sur-Acolin ; "les Pelouses", commune de Chappes ; "la Côte Pelouze", commune de Pouzy-Mésangy ; "la Croix Peloux", commune de Besson ; des dérivés comme "les Pelus", communes d'Autruy-Issards, Saint-Prix et "les Pelauds" ou "Pelaud", commune d'Huriel.

. . . retour à la liste . . .

le Peu

     En Bourbonnais, le peu, mot dérivé de "puy", lui-même issu du latin "podium", signifiant "lieu élevé", désigne une petite colline.

     Il existe des lieux-dits appelés "Peux de Bord" et "le Peu de Laval", commune de Lavault-Sainte-Anne ; "Peu Chauvau", commune de Courçais ; "Peu Chevrier", commune de la Chapelaude ; "Peu Milan" et "le Peu Bourreau", commune de Lignerolles ; "Peu de Montmort", commune de Saint-Désiré ; "Peu Rambaud" et "Peu Digon", commune de Montaigu-le-Blin ; "Peu de Sault", commune de Prémilhat ; "le Peu", communes d'Audes, Lapalisse, Monetay-sur-Allier et Vieure ; encore "le Peu" et "Chez le Peu", commune de Lapalisse ; "le Peu de Beaucatier", "le Peu de Brillat", "le Peu de la Chaux", "le Peu de la Souche", "le Peu Martin", "Peux de Vazeilles" et "les Peux de Saint-Martinien", commune de Saint-Martinien ; "le Peu Berté" et "le Peu Bourreau", commune de Mesples ; "le Peu Blanc" et "le Peu Chênu", commune de Saint-Eloy-d'Allier ; "le Peu de la Croix", "le Peu des Molles", "le Peu des Signats", "le Peu du Bois", "le Peu Fourche" ou "le Peu Fourchu", commune d'Huriel ; "le Peu de la Crou", "Peuplet" et peut-être "Peuroir", commune de Domérat ; "le Peu de l'Eau", commune de Viplaix ; "le Peu de Lara", commune de Désertines ; "le Peu Petit", commune d'Estivareilles ; "le Peu le Rat", commune de Treignat ; "le Peu du Renard", communes de Désertines et Montluçon ; "le Grand Peu", commune de Louroux-Bourbonnais ; "le Peux", commune de la Petite-Marche ; "les Peux", communes de Chambérat, Créchy, Domérat, Saint-Genest et Treignat ; "Peublanc" et "Peunoir", commune de Sorbier ; "Peubras", commune d'Huriel ; "Peufelioux" ou "Peufeuilloux", commune de Vallon-en-Sully ; "Peulong" ou "Peu Long ", commune de Châtel-Montagne ; "Peumant", commune de Saint-Sauvier ; "Peuplat", commune de Saint-Genest ; "Peuvet", commune de Villefranche-d'Allier ; "les Peuchés", commune de Beaune-d'Allier ; "les Peuclameaux", commune de Loddes et "le Poux", communes de Bourbon-l'Archambault, Huriel et Murat.

     Cette énumération fait part d'un relief accentué, qui a marqué l'homme, dans l'Ouest de la province et notamment sur les communes de Saint-Martinien et Huriel.

. . . retour à la liste. . .

la Rabière

     En Bourbonnais, la rabière désigne un champ planté de raves, plantes fourragères ou potagères, cultivées pour leur racine.

     Il existe des lieux-dits appelés "Rabière" ou "la Rabière", situés sur la commune de Louroux-Hodement et "les Ravières", sur celles de Bourbon-l'Archambault, Charmes et Theneuille.

. . . retour à la liste. . .

le Riau ou Rio ou Ris

     En Bourbonnais, le riau ou rio, mots issus du latin "rivum", désigne un ruisseau. Par altération, il devient le ris.

     Il existe des lieux-dits, formés à partir de la forme "riau", comme "le Riau", commune d'Urcay ; "la Riau" et "la Petite Riau", commune de Cesset ; "le Riau", "le Grand Domaine du Riau" et "le Moulin du Riau" commune de Villeneuve-sur-Allier ; "le Riau Berton", commune de Viplaix ; "le Château du Riau", commune de Monétay-sur-Allier ; "les Riaux", "le Riau le By" et "le Riau Giro", qui est aussi un ruisseau, commune d'Huriel ; encore "les Riaux", communes de Montluçon, Neuilly-en-Donjon et un ruisseau appelé, "Ruisseau du Riau", commune de Villeneuve-sur-Allier ;

     A partir de la forme "rio", comme "Rio", commune d'Arronnes ; "le Rio Chenet", commune de Molinet ; "le Rio Foulet", commune de Saint-Martinien ; "le Riot" et "la Réserve du Riot", commune de Chevagne ; "les Riots", communes de Bressolles et Saint-Bonnet-Tronçais ; "Garenne du Riot", commune de la Chapelle-aux-Chasses ; des ruisseaux "Rio de Bessay", commune de Bessay-sur-Allier ; "Rio de la Burge", commune de Saint-Léopardin-d'Augy ; "le Rio Foulet", commune de Lamaids ; "Rio de la Goutte", commune de Diou et "Rio Menan", commune de Neure ;

     A partir de la forme "ris", comme "le Ris", communes d'Andelaroche, Château-sur-Allier et Lételon ; encore "le Ris", "le Ris Morderon" et peut-être encore par contraction de l'article, "Lariot", commune de Bresnay ; "les Ris", communes de Deux-Chaises, Saint-Caprais, Theneuille et Vallon-en-Sully ; "le Ris d'Arbonne", qui est aussi un ruisseau, commune de Cressanges ; "Ris Berger", commune de Lalizolle ; "le Ris Bonnet", commune de Bert ; "le Ris des Chèvres", commune de Souvigny ; "le Ris Coulant", commune de Désertines ; "le Ris de l'Eau", commune de Bizeneuille ; "Ris Merle", commune de Cesset ; "le Ris Morin", commune de Givarlais ; "Ris des Roches", commune de Branssat ; "le Ris des Rois", qui est aussi un ruisseau, commune de Varennes-sur-Têche ; "Ris-Souci", commune de Trévol ; "le Ris Vrenouille", commune de Saint-Pourçain-sur-Sioule ; "le Bas du Ris", commune d'Avrilly ; "le Champ du Ris", communes de Blomard et Doyet ; "le Chêne des Ris", commune de Saint-Léon ; "le Moulin des Quatre Ris", commune de Barrais-Bussolles ; "Taillis du Ris", commune de Château-sur-Allier ; des ruisseaux "Ris des Boudots", commune de Treban ; "Ris de Bresnay", commune de Bresnay ; "Ris des Chenets", commune de Buxières-les-Mines ; "le Ris des Combillats", commune de Givarlais ; "Ris des Créchoux", "Ris de la Pelle" et "Ris de Saulcière", commune de Laféline ; "Ris de Doulauvre", commune de Voussac ; "Ris de l'Eau", commune de Louroux-Hodement ; "Ris de la Ganne", commune du Theil ; "le Ris Gravas", commune de Meillard ; "Ris des Guêtres", commune d'Hérisson ; "le Ris Malnoce", commune de Souvigny ; "le Ris Maréchaud", commune de Besson ; "Ris Merle", commune de Cesset ; "Ris de Noël", commune de Venas ; "Ris des Roches", commune de la Roche ; "Ris du Seurdre", commune de Meillard ; "Ris du Tremblay", commune de Deux-Chaises et "Ris Muret", commune de Murat ;

     Le """ .... champ des ris .... """, est une parcelle de terre faisant partie du domaine de Lafont, sur la commune de Sazeret.

     De par son ancienne orthographe, "ris" a donné des lieux-dits comme "le Rif", communes de Meillard et Villeneuve-sur-Allier ; "les Rifs", commune de Broût-Vernet ; "le Riz", commune de Château-sur-Allier, Saint-Pont et Urcay ; "le Riz Gourlier", commune d'Yzeure ; "le Riz Morand", commune de Rocles ; "Ritz" ou "le Ritz" et "l'Étang du Ritz", commune de Besson ; "le Rez de la Chèvre", commune d'Isserpent et "le Rez de la Mine", commune du Breuil ;

     Des toponymes composés comme "le Ribas" ou "les Ribas", commune de Saint-Marcel-en-Murat ; "les Ribas", commune de Saint-Bonnet-de-Four ; "le Risbenay", commune de Voussac ; "Riboulet", communes d'Arronnes et Quinssaines ; "Ricros", commune de Domérat ; "les Rivelins" ou "le Rivelin", commune de Saint-Palais ; "le Longris", commune de Chamblet ; "le Riollet" ou "le Riolet", commune de Villeneuve-sur-Allier ; "les Repelloux" ou "le Répelloux", commune de Saligny-sur-Roudon ; "Rezoles" ou "Rézolles", commune de Saint-Léon ; "l'Arizolle" ou "la Rizolle", commune d'Aurouër ; "la Rizière", commune du Theil ; "Riousse", commune de Montord ; "les Riousses", commune de Saint-Pourçain-sur-Sioule ; "Chanteriau", commune d'Ainay-le-Château et "le Réperroux", commune de Tronget ;

     Et peut-être encore par contraction de l'article, "Lariaud", communes de Murat et Villefranche-d'Allier ; "Lariaux", commune de Saint-Didier-la-Forêt et "Lariot", commune de Gipcy.

. . . retour à la liste. . .

la Rouesse

     En Bourbonnais, la rouesse désigne un taillis ou des brousailles.

     Il existe des lieux-dits appelés "la Rouesse Tremblaix" ou "la Rouesse", commune de Valigny ; "la Grande Rouesse", commune de Saint-Plaisir ; "les Rouesses", commune de Lételon et "les Grandes Rouesses", commune de Lurcy-Lévis.

. . . retour à la liste. . .

le Seu

     En Bourbonnais, le seu désigne un sommet. Il peut également désigner le sureau.

     Il existe des lieux-dits appelés "le Seu", communes de Fourilles, Saint-Léon et Vaumas ; "les Seulx" ou "les Seux", commune du Vilhain ; "la Seurette" ou "Seurrette", commune de Meillard et peut-être "le Gué de Seau" ou "le Seau", commune de Beaune-d'Allier ; "le Siau", commune de Couzon et "le Léziau" ou "le Lesiau", commune de Busset.

. . . retour à la liste. . .

la Souille

     En Bourbonnais, la souille désigne un terrain bourbeux.

     Il existe plusieurs lieux-dits sur la commune de Château-sur-Allier, appelés "la Souille", "les Souillats", "Étang des Souillats" et "Ruisseau de l'Étang des Souillats"

. . . retour à la liste. . .

le Verchier

     En Bourbonnais, le verchier, mot dérivé du latin "viridarium", signifiant "jardin planté d'arbres", désigne un terrain planté d'arbre fruitier, le verger.

     Il existe des lieux-dits appelés "Verchet", commune de Désertines, sur laquelle se trouvaient autrefois de nombreux vergers et "Verchière", commune de Saint-Pierre-Laval.

. . . retour à la liste. . .

la Vernière

     En Bourbonnais, la vernière, terme dérivé de "verne", mot issu du gaulois "verno", accolé au suffixe "-aria", désignant l'aulne, est une plantation d'aulnes.

     Il existe des lieux-dits appelés "la Vernière", sur les communes de Barrais-Bussolles, Créchy, Cusset, Diou, Lapalisse, Lavoine, Loddes, Saint-Christophe et Tréteau ; "Lieu Vernier", commune d'Ygrande et "Vernerie" ou "la Vernerie", commune de Saint-Victor.

. . . retour à la liste. . .

la Vivier

     En Bourbonnais, la vivier, mot issu du latin "vivaris, vivarium", signifiant "réservoir à poissons", désigne un terrain marécageux.

     Il existe des lieux-dits appelés "le Vivier", commune de Vaumas ; "les Viviers", communes de Gannay-sur-Loire et Ronnet ; "Bois Vivier", commune de Saint-Léon ; "le Bois Vivier", commune de Servilly.

     Une ancienne commune portant le nom de "le Vivier", a été rattachée à celle de Gannay-sur-Loire, en 1791.

. . . retour à la liste. . .

. . . retour au sommet de la page . . . . . . vers les maisons . . .