Traces d'Ancêtres
en
Bourbonnais
  retour à la page d'accueil

les Maisons


Présentation de quelques maisons,
en Bourbonnais

cambuse ... chabanne ... domaine ... locaterie ... locature ... loge ... louagerie ... métairie ... pouillou ... retirance ... tiaule ... vignonnerie

dans le vignoble de désertines ... dans un quartier de ville ... sur la commune de saint-palais ... sur la commune de sazeret

. . . vers la terre . . .. . . vers le mobilier . . .

      De par sa diversité de lieux, il n'y a pas un habitat typique en Bourbonnais, mais plusieurs. Il s'agit d'une région à l'habitat dispersé, hormis en Limagne.

      Depuis les temps préhistoriques, l'homme occupe le milieu naturel, utilisant un trou, une anfractuosité du rocher, une grotte.... pour s'abriter. Des refuges sont aussi creusés, dans la roche, préfigurant l'habitat troglodyte.

      Dans les lieux découverts, apparaissent les premières cabanes formées d'un muret de pierres entassées, surmonté de branchages et de peaux d'animaux, tués à la chasse. Le perfectionnement de l'assemblage de ces branchages apporte la technique de la charpente, permettant l'édification de maisons en bois. Puis lentement, l'habitat en pierre, plus solide, se développe, donnant naissance à un habitat souvent dispersé.

      Le regroupement de ces maisons forme les premiers villages, quelquefois entourés de leur enceinte en pierre, de leur tumulus ou autres monuments mégalithiques. Les villas romaines, leurs colons et leurs organisations sont les précurseurs de ces villages, centres de vie religieuse autour de l'église. Ils deviennent de véritables centres de vies et d'échanges et se fortifient, afin de se protéger de l'envahisseur. De grandes campagnes de défrichement sont menées. Certains villages, en grossissant, deviendront de véritables villes.

. . . des pièces et lieux de la maison . . .

 

 

la Tiaule

     En Bourbonnais, la tiaule désigne la tuile en terre cuite, servant à la couverture des maisons et autres édifices, """ .... un corps de bâtiment couvert en tuiles .... """ ; """ .... une écurie couverte à tuile .... """. La tuile a progressivement remplacé les gluis.

. . . retour à la liste . . .

 


la Cambuse

     En Bourbonnais, la cambuse désigne une cabane isolée.

     Il existe un lieu-dit appelé "la Cambuse", sur la commune de Tréteau.

. . . retour à la liste . . .

la Chabanne

     En Bourbonnais, la chabanne, mot issu du bas latin "capanna", désigne une cabane.

     Il existe une commune portant le nom de "la Chabanne", en Montagne bourbonnaise et des lieux-dits "la Chabanne", sur la commune du même nom et sur celles de Châtel-Montagne, Deneuille-lès-Chantelle, Hyds, Lavault-Sainte-Anne et Saint-Rémy-en-Rollat ; "les Chabannes", communes de Cusset, Huriel et Teillet-Argenty ; "les Chabannes Basses" et "les Chabannes d'en Haut", commune de Bellerive-sur-Allier ; "la Croix Chabanne", commune de Montvicq et "la Croix des Chabannes", commune d'Arfeuilles.

. . . retour à la liste . . .

le Domaine

     En Bourbonnais, le domaine désigne une exploitation d'une superficie supérieure à quinze hectares.

. . . retour à la liste. . .

la Locaterie ou Locature ou Louagerie

     Dans le Nord et l'est du Bourbonnais, la locaterie désigne une petite exploitation agricole, louée à bail, d'une superficie comprise entre cinq et quinze hectares.

     Dans le Nord-ouest, c'est la locature, mot issu du latin "locare", signifiant louer.

     Le terme de louangerie, mot dérivé de l'ancien français "loage", signifiant "location", est également employé et son tenancier est le louager. Elle est souvent constituée d'une maison avec étable et grenier au dessus, le tout sous le même toit.

. . . retour à la liste. . .

la Loge

     En Bourbonnais et particulièrement en forêt de Tronçais, la loge, mot issu du germanique "laubja", signifiant "abri de feuillage, tonnelle", désigne un habitat primitif sommaire, destiné aux ouvriers de la forêt, une hutte ou une cabane. Faite de branchages, de genêts, de bruyères, elle est sans doute issue des techniques acquises au cours des temps primitifs.

. . . retour à la liste . . .

le Pouillou ou la Retirance

     En Bourbonnais, le pouillou ou la retirance sont des termes désignant un domicile, un chez-soi.

     La modeste maison paysanne reste très souvent constituée d'une pièce unique, où vit, la famille, toutes générations confondues. Elle laisse une grande place à la vie en communauté, privant l'homme qui y habite de toute intimité. Ce besoin apparaît chez les plus riches au cours du XVIII ème siècle, puis s'introduit progressivement dans les classes inférieures, jusqu'à atteindre les plus pauvres, seulement au début du XX ème siècle.

. . . retour à la liste . . .

la Vignonnerie

     Dans le Nord du Bourbonnais, la vignonnerie désigne une locature vouée à la culture de la vigne.

. . . retour à la liste . . .

 

. . . et puis . . .

 


dans le Vignoble de Désertines . . .

     Dans les bourgs de Marmignolles et Désertines, les maisons typiques des XVI et XVII ème siècles, sont à accolades sculptées, portes chanfreinées et voûtes en plein cintre.

     Ces maisons sont construites sur de hautes et profondes caves, creusées dans le tuf. Elles assurent ainsi une conservation optimale du vin, en le gardant à une température quasi constante. Ces caves ont quelquefois communiqué entre-elles et servi de refuge aux villageois.

     L'habitation est élevée au-dessus, créant un étage en retrait. L'accès se fait par un escalier extérieur donnant sur un palier faisant office de balcon, le plus souvent bordé d'un muret. Le tout peut être couvert, protégeant l'entrée de l'habitation des intempéries et créant ainsi une sorte de vestibule extérieur. Les maisons à vocation agricole possédaient leur grenier, occupant toute la surface de la maison, avec leurs lucarnes bourbonnaises.

     En entrant dans la salle commune, un pan de mur est occupé par la vaste cheminée, son âtre, ses ustensiles ; au centre la table et ses bancs ; puis dans les coins, la maie, le coffre, les lits.

. . . retour à la liste . . .

dans un Quartier de Ville . . .

. . . hier de Néris-les-Bains, aujourd'hui de Montluçon

     Quartier Saint-Jean, au début du XX ème siècle, une maison d'habitation """ .... comprenant rez-de-chaussée de trois pièces, grenier au-dessus, jardin .... """.

     L'entrée se fait directement de la rue, par un perron de deux marches. La porte donne sur la pièce principale de l'habitation. Chaque pièce possède une petite cheminée en brique rouge. Deux fenêtres s'ouvrent à l'avant tandis qu'une seule s'ouvre sur le jardin à l'arrière. Le grenier s'étend sur l'ensemble et s'ouvre par une porte accessible par une échelle, sur le pignon. Une cave enterrée a été creusée sous la moitié de la maison. L'accès se fait côté jardin par un petit escalier.

     La construction est en pierres locales et comporte de gros blocs de granit. L'entourage des ouvertures et les cheminées sont en petites briques d'une couleur allant du brun au rouge foncé. La pièce principale est couverte au sol d'une mosaïque. Le plancher du grenier est en sapin.

. . . retour à la liste . . .

sur la commune Saint-Palais . . .

     A la Gardette, une maison à vocation agricole, du XIX ème siècle, consiste selon un acte notarié daté de 1911, en """ .... un corps de bâtiment couvert en tuiles comprenant une maison d'habitation ayant une seule pièce au rez-de-chaussée, grenier au dessus, cour et dépendances, granges avec deux écuries sous le même faîtage et une parcelle d'ouche attenante d'une contenance d'environ dix ares .... """.

     Sur la façade principale, une simple porte en bois, dont la partie basse est usée par le temps, ouvre sur l'unique pièce. Les poutres et le plancher noircis du grenier, l'écrase. Ce phénomène est accentué par le peu de clarté qui traverse l'unique fenêtre, ouvrant sur la façade. Dans le recoin, derrière la porte, se trouvent la bassie et l'étagère de rangement encastrée dans la maçonnerie du mur ; au fond de la pièce, le lit de coin ; puis à son côté le coffre et l'armoire, servant à ranger le linge et les vêtements ; sur la droite, occupant les deux tiers du mur, la cheminée avec la bouche du four à pain ; plus tard, l'usage de cette cheminée sera remplacée par celui d'un poêle à bois et à charbon.

     Le four est une construction semi-circulaire bâtie contre le pignon droit de l'habitation. Il est couvert avec les tuiles du pays.

     La grange s'ouvre sur l'extérieur avec une grande porte et sa mezzanine accessible par une échelle. De là, se fait également l'accès au grenier situé au dessus de la partie habitation. Toujours dans la continuité du bâtiment se trouve l'écurie, aveugle, fermant sur l'avant par une petite porte. A l'arrière gauche du bâtiment, un petit appentis, certainement une ancienne écurie, fait office de poulailler.

     Sur la droite de la fermette, construit indépendamment, se trouve la cave semi-enterrée et à l'arrière le jardin clôturé. A l'arrière s'étend l'ouche. Un puit à margelle permet d'y puiser l'eau fraîche, nécessaire au foyer.

     Les constructions sont en pierres locales, une sorte de schiste, assemblées à l'aide d'un mortier terreux. La charpente est en châtaignier et soutient une couverture de petites tuiles en terre cuite, de fabrication locale.

. . . retour à la liste . . .

sur la commune de Sazeret . . .

     A Lafont, une exploitation agricole, consistant selon un acte notarié de 1849, en """ .... bâtimens d'habitation et d'exploitation, en jardins et terres .... """.

     L'ensemble des bâtiments se compose d'une cuisine, de deux chambres, """ .... des deux chambres joignant la cuisine dites chambre du milieu et chambre du fond .... """ ; d'un cabinet, d'une boulangerie avec son four, d'une laiterie, d'une grange, d'un puit et d'un canal pour l'irrigation des terres, """ .... l'eau du canal qui s'échappe par une petite bonde .... """, """ .... conduit couvert pour prendre l'eau ....""" ; d'une cave et de greniers et sept écuries, """ .... de l'écurie qui est placée dans la petite cour .... """, """ .... des deux écuries d'en haut .... """, """ .... des deux écuries en appentis joignant le pignon du travers .... """, """ .... des deux écuries placées du côté du jardin et le joignant .... """.

     Des terres sont tirées toutes les ressources de la communauté, vivant ainsi en autarcie. On y tire les foins, les pailles, les grains, on y élève les bestiaux : """ .... champ des ris .... """, """ .... champ regerat .... """, """ .... grand champ de la place .... """, """ .... pré regerat .... """, """ .... champ de la grange .... """, """ .... champ de la goute pravé .... """, """ .... pré de la pêche .... """, """ .... pré chomas .... """, """ .... champ des grosses pierres .... """, """ .... champ des petites places .... """, le tout bordé de haies vives, les bouchures. On trouve également une chènevière, pour produire le chanvre, un droit de pêche dans l'étang, un jardin et une petite cour...

. . . retour à la liste . . .

. . . vers la terre . . .. . . retour au sommet de page . . .. . . vers le mobilier . . .