Traces d'Ancêtres
en
Bourbonnais
  retour à la page d'accueil

Contes, Légendes et autres Croyances


Présentation de contes, légendes et autres croyances,
racontés par mes ancêtres bourbonnais

 

 

le boucan de Châtelard ... la dalle de la chapelle Saint-Louis ... le débeurdinoire ... le débredinoire ... le dragon du roc ... le bête faramine ... le jomar ... la mère à bras ... le pendu dépendu ... le père Janvier ... le rocher des amoureux ... Saint-Grelichon

. . . vers les proverbes . . .

     Contes, légendes, croyances, histoires à raconter au coin du feu...

     Le gouet est une plante aux vertus magiques, qui a la capacité de tenir éloigner les démons, des berceaux des jeunes bouinas.

 


la Bête faramine

     En Bourbonnais, la bête faramine est un animal fabuleux et féroce, un animal fantastique que l'on craint, une bête nuisible, dont la représentation et l'activité sont laissées au caprice de l'imagination.

     Le terme faramine est emprunté au latin "feramina", pluriel neutre du bas latin "feramen, feraminis", avec le sens de "bête sauvage, gibier", dérivé de "fera", signifiant "bête sauvage".

. . . retour à la liste. . .

le Débeurdinoire ou Débredinoire

     A Saint-Menoux, dans l'église paroissiale, se trouve le tombeau du Saint de ce nom. Celui-ci possède à sa base, une ouverture dans laquelle les beurdins passent la tête, pour se faire selon la légende, débeurdiner, c'est à dire guérir de leur folie.

. . . retour à la liste. . .

le Jomar

     En Bourbonnais, le jomar désigne un animal fantastique issu du folklore franco-provençal, le bouc hermaphrodite.

. . . retour à la liste. . .

la Mère à bras

     En Bourbonnais, la mère à bras désigne la mauvaise fée des eaux, pourvue de multiples bras longs, destinés à attraper et à entraîner au fond de l'eau les enfants s'approchant trop près du bord.

     Daniel Aufauvre était un enfant "remuant", rien ne lui faisait peur et sa grand-mère, de peur qu'il ne tombe dans le puit du jardin, lui disait : "N'vas pas dans l'jardin, y a la mère à bras !".

     Intrépide et n'ayant peur de "pas grand chose", le petit Daniel ne peut contenir sa curiosité et bravant l'interdit, s'aventure dans le jardin.

     Tout à coup voilà notre petit Daniel revenir en courant et en criant ; "J'ai tué la mère à bras, j'ai tué la mère à bras".

     Stupeur et affolement dans la maison. Mais que s'est-il passé dans le jardin et de répondre "J'ai tué la mère à bras", tout le monde courre au fond du jardin et découvre un lupaud, traversé de part en part à l'aide d'un pique choux.

     Le pauvre lupaud était passé de vie à trépas, la mère à bras était vaincue !

. . . retour à la liste. . .

le Père Janvier

     En Bourbonnais, le père Janvier est un personnage imaginaire qui, le 31 janvier au soir, descend par la cheminée de la maison, pour déposer de petits cadeaux, dans les sabots des enfants. Cette tradition d'offrir des cadeaux pour les calendes de janvier serait plus ancienne que l'ère chrétienne. Il peut être considéré comme l'ancêtre du père Noël.

. . . retour à la liste. . .

. . . retour en haut de la page . . .. . . vers les proverbes . . .